La belle et le bête

et leur quart de douzaine d'enfants. Le tout sans fromage

Archive for 19 avril 2008

Biscuit Neiman Marcus.(Un semblant)

Posted by Jacynthe sur 19 avril, 2008

Je viens de faire d’excellent biscuit. J’avais reçu d’une ancienne collègue plein de recettes des restaurants. Après plusieurs pages regardées et que chum ai travaillé dans plusieurs il m’a dit que ce n’était pas les vraies recettes. (Pour les restos qu’il avait travaillé.) J’ai décidé de faire quand même une recette.

 

Des biscuits aux brisures de chocolat Neiman Marcus.

 

Je vous partage la recette.

 

Biscuits aux pépites de chocolat 1

½ tasse de beurre non salé, ramolli

 1 tasse de sucre brun

 3 c. à table de sucre granulé

 1 œuf

 2 c. à thé d’extrait de vanille

 ½ c. à thé de poudre à pâte

 ½ c. à thé de bicarbonate de soude (soda)

 ½ c. à thé de sel

1¾ tasse de farine tout usage

 1½ c. à thé de café instantané, légèrement broyé

 8 oz de pépites de chocolat mi-sucrée

 

Crémer le beurre et les sucres jusqu’à constance crémeuse. Battre l’œuf et la vanille. Mélanger les ingrédients secs et battre dans le mélange de beurre. Ajouter les pépites de chocolat. Verser avec une grande cuillère sur une tôle à biscuit graissé. Faites cuire au four à 375°F pendant 8-10 minutes, ou 10-12 minutes pour des biscuits croustillants.

Donne environ 20 biscuits

Posted in Sans fond | Tagué: , , , | 9 Comments »

Similitudes de vie

Posted by Drew sur 19 avril, 2008

Y’a de ces gens qui nous arrivent dans une vie. Certains passent, d’autres restent. Ceux qui restent, c’est souvent à cause des similitudes que la vie nous a foutu comme embuscades au gré des années.

Une de ces ressemblance que j’ai avec un ami à moi, c’est la damnée fin de semaine sur deux combinée avec la distance parcourue afin de se rendre compte qu’une fin de semaine. Ça passe trop vite. Qu’aussitôt que l’on s’y prends à débuter n’importe quoi, on se rends compte qu’no ne peut la terminer… Sans reporter à l’autre quinzaine de jours qui nous séparent la vue de l’autre.

Y’a plein d’autres trucs aussi qui nous font se ressembler. Les milles parcourus dans cette vie dont le chemin ressemble étrangement à celui sur la photo ici. Trop préoccupés à regarder où l’on mets les pieds, de peur de se foutre un pas dans un trou. Trop humiliés ou craintifs de tout ce qui nous est arrivé, on marche la tête basse. Parce que cette confiance, elle s’effrite au tempo des échecs qu’on a eus.

On regarde la route, on regarde nos pas, on oublie de regarder le ciel qui se dresse devant nous. Et on fonce dans la tempête.

Heureusement, autant pour mon ami que pour moi, il se trouve un soleil qui a décidé de partager notre vie. En vrai vent de fraîcheur qui tasse ces cumulonimbus. Et qui décide un peu de nous éclairer de cette température tant désirée depuis les derniers 6 mois. Ce soleil qui nous voit marcher la tête entre les épaules et qui fait en sorte qu’au lieu de foncer aveuglément dans la pluie et la dèche, qui veille sur nous éclairant peu à peu la route sous nos souliers et qui, sans le savoir, nous épaulent et nous amène à bon port. Lovés auprès d’elles.

Posted in À ma fille, À ma Reine, Bouchées de texte sur fond de blog, Pensées subtiles, Suivi de dossier, Tranche de steak | Tagué: , , , , , , , , | 13 Comments »