La belle et le bête

et leur quart de douzaine d'enfants. Le tout sans fromage

Similitudes de vie

Posted by Drew sur 19 avril, 2008

Y’a de ces gens qui nous arrivent dans une vie. Certains passent, d’autres restent. Ceux qui restent, c’est souvent à cause des similitudes que la vie nous a foutu comme embuscades au gré des années.

Une de ces ressemblance que j’ai avec un ami à moi, c’est la damnée fin de semaine sur deux combinée avec la distance parcourue afin de se rendre compte qu’une fin de semaine. Ça passe trop vite. Qu’aussitôt que l’on s’y prends à débuter n’importe quoi, on se rends compte qu’no ne peut la terminer… Sans reporter à l’autre quinzaine de jours qui nous séparent la vue de l’autre.

Y’a plein d’autres trucs aussi qui nous font se ressembler. Les milles parcourus dans cette vie dont le chemin ressemble étrangement à celui sur la photo ici. Trop préoccupés à regarder où l’on mets les pieds, de peur de se foutre un pas dans un trou. Trop humiliés ou craintifs de tout ce qui nous est arrivé, on marche la tête basse. Parce que cette confiance, elle s’effrite au tempo des échecs qu’on a eus.

On regarde la route, on regarde nos pas, on oublie de regarder le ciel qui se dresse devant nous. Et on fonce dans la tempête.

Heureusement, autant pour mon ami que pour moi, il se trouve un soleil qui a décidé de partager notre vie. En vrai vent de fraîcheur qui tasse ces cumulonimbus. Et qui décide un peu de nous éclairer de cette température tant désirée depuis les derniers 6 mois. Ce soleil qui nous voit marcher la tête entre les épaules et qui fait en sorte qu’au lieu de foncer aveuglément dans la pluie et la dèche, qui veille sur nous éclairant peu à peu la route sous nos souliers et qui, sans le savoir, nous épaulent et nous amène à bon port. Lovés auprès d’elles.

Publicités

13 Réponses to “Similitudes de vie”

  1. Y-man said

    on a beau se penser unique une chose que j’ai découvert avec les blogues que nos vies aussi heureuses sont elles ou aussi tristes peuvent elle être aussi à l’occasion, il y a plus de gens que je pensais dans le même bateau que moi, à ramer à la même force contre le même courant. C’est que la vie fait que souvent que l’on ne voit pas l’autre toujours sous son vrai jour

  2. Armand said

    Cher Drew,
    Photo de ciel bouché, bouchée de texte, intestins bouchés!
    Il est temps de manger de la tarte aux pruneaux pour évacuer!
    Amitiés, mon ami… et sois optimiste!

  3. jacynthe said

    Je serai toujours la pour toi mon coeur. Moi aussi je t aime

  4. Drew said

    Y-man, bien content de partager le même bateau que toi! Contre vents et marées, c’est toujours agréable de savoir qu’on rame pas tout seul 😉

    Armand, justement, quand ça se fait trop sombre, faut juste regarder au dessus de nous. Pas besoin de pruneaux!

    La Reine, idem chérie!

  5. Yano said

    Il me dit quelque chose moi aussi, ce chemin cahoteux. Maintenant, je te dirais que le pavé est un peu plus uni, et que de voir un peu plus loin en levant un peu plus la tête me permet de voir venir les nids de poule d’un peu plus loin, surtout avec mon soleil qui illumine le tout.

    Il y a toujours la possibilité d’être sur (ou dessous) le viaduc quand il s’effondre, par contre. On doit rester vigilant!

  6. lafelee said

    M’escuse de mon pas rapport pantoute avec ton billet…

    Mais je peux tu avoir un autographe?
    http://justeunpeufrustree.wordpress.com/2008/04/19/votre-bulletin-de-nouvelles-version-longue/

  7. Sentir qu’on est pas seul, c’est un baume pour l’âme.

    Et dans mon cas (de grosse grosse gripe), c’est un kleenex pour le nez. 😉

  8. la véro said

    Le hasard des rencontres fait bien les choses. Se dire en plus que c’est grâce à un blog que tu as mis le doigt sur lui, c’est encore plus troublant… c’est bien que tu puisses avoir quelqu’un qui comprenne ce que tu vis… puisqu’il passe par des étapes similaires… vos petites femmes jouent un grand rôle là-dedans… ah, qu’est-ce que le monde serait sans les femmes????????!!!!!…..
    Prends soin de toi…
    Affectueusement…

  9. Mandoline said

    C’est dans des chemins comme ca qu’il est bon de s’éloigner du sentier, de marcher main dans la main et d’enlever ses souliers pour mieux sentir le gazon sous ses pieds…

    Vous z’en demandez pas trop, faites ca à vot’ rythme, et la tempête passera sans même que vous l’ayiez remarqué 😉

  10. alcolo said

    Je vais me contenter de dire merci! Parce que tu sais que je suis nul pour recevoir, parce que tu sais que je sais pas du tout bien le faire, à moins qu’on ne m’oblige pas ;a de voir mettre des mots sur l’émotion ensuite, à moins qu’on me laisse en être juste heureux!

  11. lafelee said

    Me revoilà, pour le billet cette fois.

    Je l’ai trouvé beau celui-là. C’est comme si on marchait un peu dans la brume des fois.. mais on en meurt pas, on doit juste être un peu plus prudent, un peu moins pressé, pis on arrive pareil à destination, avec tout notre monde.

  12. Nickie said

    Ouais… Je me retrouve beaucoup dans ton billet, distance en moins, soleil en moins également.

    Mais je viens de saisir que, avec mes dernières années de merde, je suis rendue que je marche également la tête entre les épaules, le nez en bas.

    « Trop humiliés ou craintifs de tout ce qui nous est arrivé, on marche la tête basse. Parce que cette confiance, elle s’effrite au tempo des échecs qu’on a eus. » C’est axactement ça…

    Très beau billet…

  13. Drew said

    Nickie, des fois, on a tendance à ne pas le voir le soleil non plus… Mais il est jamais bien loin 😉

    La Fêlée, rebienvenue! Prendre son temps ouais! Bien dit!

    Alcolo, alors je te laisse en être juste heureux promis 😉

    Mandoline, ouep! Le gazon est une zone pas mal plus confortable 🙂

    Véro, le monde sans les femmes en serait un pas mal gris et moins agréable à vivre. Prends soins de toi idem

    Mon p’tit toi, prends le temps de te soigner pour pas que ça revienne au galop cette grippe 😉

    Re-Fêlée, et bien merci 🙂 Pour l’autographe ça me prends la tienne aussi!

    Yano, ne pas être vigilant serait de prendre le soleil pour acquis. Ce qu’il ne faut pas faire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :